marais-de-kaw-panorama-14

Marais de Kaw – Réserve Naturelle en Guyane

Bienvenue sur les Marais de Kaw

La Réserve Naturelle des Marais de Kaw est l’une des six réserves naturelles crées par l’État français en Guyane. Cette réserve est la troisième réserve naturelle de France de par sa superficie (94.700 hectares), après celle des Terres Australes Françaises (2.270.000 hectares) et celle des Nouragues (100.000 hectares), et la plus vaste zone humide de France. Elle a été créée par décret le 13 mars 1998 à cheval sur les communes de Roura et de Régina et englobe le petit village de Kaw.

La plaine mais également la montagne de Kaw sont connues pour leur fort endémisme mais également pour leur biodiversité exceptionnelle. En effet, la forêt de la Montagne de Kaw possède la plus forte pluviométrie de la Guyane, ce qui expliquerait qu’elle aurait servi de refuge pour la faune et la flore lors des périodes de grandes sécheresses de l’ère du Pléistocène.

marais-de-kaw-matin

Situation des Marais de Kaw

Situés à quelques kilomètres au Sud-Est de Cayenne et à cheval sur les communes de Roura et de Régina, les marais de Kaw sont encadrés d’une part par l’Océan Atlantique au Nord-Est et par deux fleuves : le Mahury au Nord-Ouest et l’Approuague à l’Est. Cet isolement l’a longtemps préservé de toute ingérence humaine.

Le territoire de la réserve dépend de la commune de Roura dans sa partie nord-est et celle de Régina dans sa plus grande partie. Le village de Kaw, accessible uniquement en pirogue, est situé à 52 km de Roura et 80km de Cayenne.

Cette réserve se compose essentiellement d’une zone marécageuse irriguée par la crique Angélique et la rivière de Kaw et d’une zone montagneuse qui constitue l’un des premiers reliefs rencontrés depuis la mer par les alizés et est par conséquent l’un des secteurs les plus pluvieux de Guyane.

marais-de-kaw-situation

Histoire des Marais de Kaw

Les premiers habitants de la région de Kaw étaient des amérindiens. Les vestiges d’un village, sur la montagne Favard, ont été découverts, tels que des charbons de bois, des morceaux de poteries ou des restes d’outils lithiques, ainsi qu’une roche métamorphique gravée témoins de cette occupation. Le village, au sommet de la colline, était sécurisé grâce à un système défensif appelé « éperon barré ». Ainsi, l’arête d’accès au village, est coupée dans sa partie la plus étroite par un fossé large d’une dizaine de mètre, long de 25 mètres et de 1,60 mètre de profondeur. Ce fossé est interrompu sur 3 mètres de large. Cette entrée unique permettait ainsi aux amérindiens de canaliser l’accès au village et donc de se protéger contre les envahisseurs d’autres tribus. Des tessons de poteries trouvés dans ce fossé ont été datés au carbone 14 à 170 – 380 ans après J.C. (DRAC, 1995).

Jusqu’à la période coloniale, les amérindiens étaient les seuls habitants de la région.

Occupation coloniale

En 1596, le premier européen, le capitaine Keymis, arrive dans la région de Kaw et rencontre, sur l’Approuague la tribu amérindienne Caribs et, sur la rivière de Kaw, la tribu Yaos, appartenant toutes deux au groupe ethnique Galibis. Les premières implantations coloniales sonnent le début du déclin des amérindiens qui sont soumis au commerce de traite et décimés par les maladies européennes. Pour des raisons religieuses et pour permettre une meilleure maîtrise, les populations amérindiennes ont été sédentarisées.

XVIII siècle

La région de Kaw est colonisée à partir du XVIII siècle. L’administrateur Lescalier interdit l’exploitation des amérindiens dans les années 1786-89. Des centaines d’esclaves africains sont amenés dans la région afin d’effectuer les aménagements des plantations. Les «terres hautes », correspondant aux collines, étaient utilisées pour la culture itinérante sur brûlis de vivres, cacao et de café. Le Lamentin (Trichetus manatus) était chassé, salé et exporté sur Cayenne. En 1776, Louis XVI envoya en Guyane Malouet

marais-de-kaw-malouet

, jeune missionnaire général de la Marine, afin de proposer les perspectives de développement de cette colonie. Ce dernier recommande l’exploitation des « terres basses », c’est-à-dire les zones marécageuses.

Le Vaudois des Terres Noyées

Samuel Guisan

marais-de-kaw-samuel-guisan

L’épuisement des « terres hautes » a été un facteur déterminant pour leur abandon. Afin d’assécher les marais, Malouet fait appel au Suisse Samuel Guisan, ingénieur agraire et hydraulique en Guyane hollandaise, qui poldérise les rives de l’Approuague, de la Courouaïe et de la rivière de Kaw. Les plantations étaient de grandes habitations qui pouvaient abriter jusqu’à 200 personnes. On cultive du café, du coton, des vivres, de l’indigo et parfois du roucou sur les « terres basses ». Le roucouyer est un arbuste dont les graines rouges étaient utilisées pour la fabrication de teinture pour les étoffes. Pigment alimentaire naturel, il était également utilisé pour teindre les fromages hollandais. La canne à sucre était produite sur l’habitation « Collège ». Le canal Roy, rejoignant la rivière de Kaw à l’Approuague (7 Km), dont la construction débute vers 1785, a été creusé par les esclaves et s’inscrivait dans un aménagement fluvial afin de transporter les marchandises des exploitations de l’Approuague vers Cayenne sans passer par la mer en évitant ainsi une navigation dangereuse. En effet, le canal Torcy, au départ du Mahury et au niveau des polders Mariannes, creusé également à cette même époque, devait rejoindre le canal Roy. Il était prévu une colonisation agricole de part et d’autre de ce canal. L’abolition de l’esclavage empêcha les colons de réaliser ce projet La révolution française provoqua l’exil des colons nobles, nombreux dans la région, et l’abandon des habitations. La première abolition de l’esclavage en 1794 participa également à la fragilisation des exploitations.

XIXe siècle

Au XIXe siècle, les exploitations renaissent largement favorisées par le rétablissement de l’esclavage en 1802. Contrairement au siècle précédent, la canne à sucre devient la culture dominante à cette époque. Divers épices, comme le poivre ou la vanille, font également l’objet de cultures. En 1819, le baron Laussat installe 200 ressortissants chinois afin de développer la culture de thé. L’expérience échoue en quelques mois car le travail était considéré comme impossible car trop coûteux par les chinois qui demandèrent de quitter la région. L’abolition de l’esclavage en 1848, met fin aux exploitations agricoles.

Devant le désaccord des esclaves affranchis avec les anciens maîtres concernant le système salarial proposé, ceux-ci préfèrent partir et s’installer sur les «terres hautes ». Le village de Kaw, situé sur un îlot sableux au milieu du marais, fut créé par les esclaves émancipés de cette région.

Les bambouseraies des collines bordant la rivière de Kaw matérialisent les anciennes habitations des colons. Les bambous étaient utilisés pour la fabrication de canaux d’irrigation, afin d’emmener l’eau dans les maisons et permettaient également de signaler aux embarcations le canal d’entrée pour accéder à l’habitation.

XXe siècle

Au début du siècle, l’accès au village de Kaw se faisait soit par la mer, soit en empruntant un chemin forestier entre le parking actuel de Kaw et le bourg de Roura. Dans les années 80, suite à un naufrage dramatique qui a décimé une partie d’une famille de Kaw, un chemin carrossable (CD6) a été construit. Goudronnée dans les années 90, cette route a facilité l’accès à Kaw, a entraîné une augmentation de sa fréquentation et facilité l’exode de la population vers Cayenne.

Le village de Kaw est habité aujourd’hui par une trentaine de personnes, vivant essentiellement du RMI, d’emplois municipaux, de la pêche et du tourisme en plein essor. La population est d’origine créole, brésilienne et surinamaise.

Réglementation des Marais de Kaw

Circulation interdite entre 22h à 6h.

Pour la protection des caïmans, les embarcations touristiques à moteur ne doivent pas quitter le lit mineur de la rivière (sauf autorisation et moteur levé et arrêté).
Adaptez votre vitesse pour ne pas perturber la faune et le milieu naturel. Circulez à 3 nœuds (la vitesse d’un marcheur) à l’approche d’autres embarcations et à moins de 150 des débarcadères. Attention aux pêcheurs et aux filets de pêche.

marais-de-kaw-reglementation

Organisme de gestion

Parc Naturel Régional
de la Guyane

BP 539
97344 Cayenne Cedex
Tél : 0594 28 92 70
Fax : 0594 28 92 71

pnr-guyane@wanadoo.fr

www.pnrguyane.free.fr